Logo COJ

Uncategorized

Coulisses d’OJ, témoignages…

  25 Mar , 2020    COJ

Le « non-anniversaire » de la Loi des ASBL de 1921 évincé par le Code des Sociétés et des Associations (CSA) a donc poussé une série d’acteurs associatifs à l’introspection, aux revendications. Sous le titre « 100 ans d’associatif en Belgique… Et demain ? » et le sous-titre« Face à l’imposture et à la déshumanisation », le Collectif 21 propose une série de débats jusqu’en 2021. Le Collectif21 tombe à pic. Depuis pas mal d’années, les critiques fusent : les subsides structurels diminuent remplacés par la logique de l’appel à projet créant «concurrence et rivalités», poussant les associations à une « effrénée de ressources ».Autres critiques : la culture de management au sein de l’associatif, l’inflation administrative (UBO, RGPD, CSA, marchés publics…) et le sur-contrôle poussant des travailleurs associatifs au burn-out, à s’occuper de la gestion administrative au détriment du terrain associatif. En écho au nouveau Collecti21, la COJ a interrogé les coulisses de quelques organisations de jeunesse.

Pour que la parole soit libre, que l’expérience se partage, que la réalité d’une ASBL sorte des coulisses, le COJ a imposé l’anonymat des témoignages à des organisations de jeunesse. Envie de témoigner ? Contactez-nous : info@coj.be

          « En +/- 15 ans d’expérience, j’ai vu de sensibles évolutions dans les contrôles et l’exigence de projets « deliverables ». Des contrôles de plus en plus désincarnés qui se contrefoutent de notre objet. Exemple. Actiris débarque à l’improviste pour contrôler l’occupation d’un poste ACS d’insertion, la veille de son… dernier jour de contrat ! Les vérifications portent essentiellement sur… ses conditions de travail. Donc, pour un contrat d’un an non renouvelable, venir voir si tout est OK le 364e jour, il faut drôlement espérer/se préoccuper de ce que tout aille bien… Le contrôleur débarque en pleine réunion d’équipe et me dit « ça tombe bien ! ». Eh bien non, ça ne tombe pas bien, tu viens m’emmerder dans un des rares moments où j’arrive à réunir l’équipe. Et en plus, pour me poser une tonne de questions qui étaient déjà dans le dossier ou qui sont publiques (nos comptes, qui préside le CA…). Bref, c’est la 4e dimension…. Autre 4ème dimension, si on se place du côté OJ et du plan quadriennal qui impose « un plan » décliné en objectifs sur les 4 années (avec une progression et un étalement temporel). Je me refuse, de plan en plan à donner cela privilégiant des axes généraux de travail à mettre à l’épreuve de la réalité. Chaque fois, l’administration me réclame un plan découpé par année et déclare le dossier incomplet. Du coup, je m’y astreins, à inventer le futur possible. Et 4 ans plus tard ? Je dois justifier pourquoi mes supputations se sont effectivement réalisées ou non… Inventer pour après justifier… Mais venez voir sur le terrain bordel, les animations et les formations ! L’état des participant-e-s parfois, abîmé-e-s par des parcours de vie dégueulasses et pour qui nous tentons de donner un peu de sens et confiance en eux-elles. Que l’administration publique arrête de nous vendre de la simplification administrative alors qu’il s’agit en réalité de la facilitation du travail de l’administration par une bonne part d’externalisation sur les opérateurs eux-mêmes. Avec, cerise sur le gâteau, des procédures qui ne cessent de changer (puisque l’on progresse chaque année…). Pour épuiser l’associatif, il n’y a pas mieux. C’est une des conséquences entre autres, ne l’oublions pas, d’un dégraissage et d’une fragilisation systématique des services publics qui ne sont plus en mesure de faire de la qualité et de réfléchir mais uniquement de vérifier des chiffres et classer des dossiers. »

 

           « Notre stratégie de recherche de financements complémentaires qui viennent s’ajouter aux subventions récurrentes s’est mise en place progressivement depuis vingt ans et est née de la faiblesse des subventions liées à notre reconnaissance et donc de la nécessité d’assurer le fonctionnement de l’asbl. Par la suite, le recours à l’Appel à Projet s’est installé dans notre routine gestionnaire, motivé par trois objectifs : rendre possible la démarche de création de nouvelles actions et partenariats, assurer l’accès gratuit d’une grande partie de nos animations et formations et compléter les financements partiels de nos emplois. L’appel à projet, chez nous, n’est pas une manière d’améliorer l’ordinaire, il est devenu l’ordinaire. Nous rentrons des projets ponctuels auprès des Pouvoirs publics mais aussi des Fondations. Qu’est-ce que cela produit ? Des résultats financiers positifs d’année en année. Et se faisant, une sérénité et une marge de manoeuvre pour imaginer les actions. Nous ne sommes pas dans le cas de figure des associations qui modélisent dans les faits leurs actions en fonction de l’appel… Loin de là. Les appels à projet dans lesquels nous nous inscrivons ont un cadre précis (CRACS) certes mais ils ne nous « standardisent » pas et n’ont pas d’impact sur la forme et le contenu de nos actions et même dans le cas où ils sont à l’initiative de Fonds privés. Cela produit aussi une structure du personnel impactée, cela va sans dire car il a fallu prévoir, à côté du renforcement de l’équipe pédagogique, la création de postes pour des coordinateurs de projets et de dossiers et pour un chargé de communication… L’inscription dans des appels à projets combinée à l’amélioration des subventions récurrentes a permis à mon OJ de progresser tant dans la variété et la qualité des activités mises en place que dans son renforcement structurel. Nous n’y voyons pas beaucoup de problèmes si ce n’est que les demandes aux fonds privés commencent à soulever des questions éthiques. Cela dit, à nos yeux, si le défi reste de conserver nos subventions et de les voir évoluer avec l’augmentation des diverses dépenses, la plus grande inquiétude se situe au niveau des contraintes administratives en général qui commence à peser sur le secteur associatif. On a vu en peu de temps proliférer de nouveaux cadres (RGPD, UBO, Codes des Sociétés et des Associations…) qui vont plus dans le sens d’un contrôle accru et bureaucratisant et qui ont tendance à flouter les frontières entre culture associative et culture d’entreprise. »

 

          « Nous n’avons pas de subsides récurrents et structurels, à l’exception d’Actiris. Cet état de fait nous oblige à travailler à la façon d’une petite entreprise. Heureusement, nous avons un « client » fidèle (la COCOF) mais cela ne suffit pas à assurer notre viabilité. Dès lors, nous avons des animations plutôt « gagne-pain » comme les formations ou les projets mobilités, qui nous permettent d’assumer des frais de fonctionnements.  Quand nous répondons à un appel à projet c’est parce que nous l’avons en tête au moment où les groupes de jeunes, écoles, structures… nous contactent.  On reste très proche du profil du petit entrepreneur qui va voir son client et ouvre son carnet de fournisseurs pour voir dans quelle case peut rentrer le projet.  Evidemment, parfois on retranche ou on ajoute une action pour rentrer dans le moule.  Parfois, à regret, nous ne pouvons développer un projet par manque de moyen et parce que trop atypique pour rentrer dans un moule. Il y a également des appels à projets où on ne rentre jamais. En définitive, pour notre asbl, l’appel à projet est un moyen de survie qui nous permet de réaliser de très belles actions mais qui laisse la structure dans une situation précaire car, à la différence du petit indépendant, nous n’avons pas la possibilité de trésoriser pour investir ensuite dans des projets qui ne rentrent pas dans un moule… Anecdote absurde mais significative. En 2018, nous introduisons une demande de subside à la COCOF et à la FWB pour le projet.  Un des objectifs du projet est la rencontre entre jeunes et l’échange sur des expériences. Aucun des pouvoirs subsidiants ne nous a donné les fonds nécessaires pour louer une salle et organiser un goûter ; alors que ce moment représentait le point d’orgue du projet.  J’ai donc sollicité l’aide des communes pour financer le cœur du projet.  Et si cela n’avait pas été possible, je me serais tournée vers le sponsoring. En 2019, je retourne à la COCOF, secteur cohésion sociale, avec mon bâton de pèlerin ou ma mallette de vendeur de porte à porte. J’introduis ma demande de subside auprès du Cabinet X.  Lui qui n’a pas lu l’évaluation du projet 2018, me dit que cette année, il y a les élections et que notre projet n’est pas une priorité, que je n’ai pas besoin d’autant d’argent pour le réaliser et de toute façon, il n’en a pas pour moi.  Bref, il avait donné le ton et j’étais fâchée non pas qu’il me refuse le subside mais surtout qu’il porte un jugement sur le projet sans l’avoir lu… Je me tourne vers la FWB et j’obtiens un subside. Le projet contenait une demande spéciale des jeunes. J’ai alors introduit un dossier dans le cadre des soutiens à projets jeunes et j’ai également reçu un financement.  Je n’ai donc pas compté sur la COCOF pour financer l’opération. Le projet à lieu. Plus tard, en décembre, je reçois un mail de l’administration de la COCOF cohésion sociale me signalant que l’opération reçoit 6500€ pour le projet.  Je demande si je peux reporter cela à l’année prochaine. Réponse : non. Je suis tenue de dépenser ce montant en 2019. Aucune marge de manœuvre n’est possible. Refuser le subside m’a été déconseillé par mon interlocutrice… La recherche de subsides représente les 7/10 de mon job. La créativité et la comptabilité sont vraiment nécessaires pour arriver à financer un projet dans son ensemble. Je travaille au min 45h/semaine.  On en revient à cette situation de petit indépendant qui gagne juste de quoi vivre et faire perdurer, année après année, son asbl. Je pense qu’il y a un tournant qui s’est effectué aux alentours des années 2000 quand le secteur éducation permanente a bloqué ses reconnaissances.  Beaucoup d’associations se sont alors tournées vers le secteur jeunesse.  Quelques années après, ce fut le cas du culturel qui s’est massivement engagé dans des projets jeunes et a recherché la collaboration avec des asbl relevant de l’éducation permanente…. Mais la grosse différence réside dans la marge de manoeuvre qu’a l’administration vis-à-vis d’un subside.  L’aménagement de celui-ci en fonction des besoins du projet.  Cela nécessite une écoute et un intérêt pour le projet.  Le profil des personnes qui s’occupe des dossiers change.  Certains interlocuteurs subsidiants de 1ère ligne (je ne parle pas du service justification) ont plutôt le profil de manager financier.  Bien sûr, il reste toujours des perles… Travailler dans le secteur jeunesse et culturel ressemble à une course de sauts d’obstacles. »

Propos recueillis par Nurten Aka

Dossier : Faire association aujourd’hui… et demain?, la question du nouveau Collectif21

A lire aussi :

Bousculer notre servitude (in)volontaire.

Fin de Partie ? Interview de Laure Morelli, socio-politologue de formation, formatrice et consultante en milieu associatif.