Confédération des Organisations de Jeunesse Indépendantes et Pluralistes
Logo COJ
Loupiote
Loupiote

En direct des OJ,Rencontre & Réflexion

Préparons la relève

  23 Mar , 2017   , , ,    COJ

Notre OJ-membre, Loupiote, a pour mission de "sensibiliser les jeunes à une lecture critique du langage cinématographique et d'aiguiser leur regard sur les médias qu'ils consomment". La parole est à eux. 

« T’as pas de vie si t’es pas sur les réseaux sociaux ! « , « Comment ça, c’est pas vraiment gratuit ? « . Aujourd’hui, Internet et les réseaux sociaux occupent une place prépondérante dans la socialisation des jeunes et ces derniers n’y perçoivent pas toujours la valeur de leur investissement en temps et en données privées. à la course à la popularité s’ajoutent encore des questions sanitaires soulevées par une exposition intensive aux écrans et autres ondes wifi. Si les jeunes apparaissent, de prime abord, comme de grands consommateurs naïfs des réseaux sociaux, nous percevons aussi chez eux l’envie de produire du média et de prendre part au processus de communication. Enthousiastes, ils veulent apprendre en faisant.

A une époque où Facebook et son lot d’images virales deviennent une source d’informations qui supplante la presse, quoi de plus formateur que de rédiger en équipe un mensuel au sein de son école, d’y rencontrer des journalistes, d’apprendre la vérification de faits ? De même, quand le virtuel court-circuite le réel et que la fiction s’en mêle, pourquoi ne pas se tourner vers l’éducation au et par le cinéma pour se décentrer, clarifier ces concepts importants et sortir de la confusion ? Séances-débats ou création de courts-métrages, les moyens ne manquent pas et le recours au cinéma, vecteur d’empathie très apprécié par les jeunes, apparait comme une évidence.

Toutefois, à l’école, la prise en charge actuelle de l’éducation aux médias reste aléatoire ; pratiques et équipement audio-visuel varient fortement selon les projets d’établissement, les équipes et les modes. Plusieurs enseignants rencontrés sur le terrain espèrent une politique plus suivie en la matière. Et une OJ peut assurément leur apporter outils, expertise et soutien, d’autant que les jeunes sont sensibles à la crédibilité des intervenants en classe.

« Je ne reconnais pas ma classe ! « 

Souvent, à l’issue d’un atelier de création audiovisuelle, les enseignants s’étonnent positivement : « Je ne reconnais pas ma classe ! ». Ces projets cimentent le groupe et renversent bien des préjugés. Mais une question se pose : les jeunes sont-ils égaux en matière d’éducation aux médias et de prérequis citoyens ? Le terrain nous montre des inégalités importantes. Il nous semble urgent d’œuvrer à la réduction de ces fractures sociales qui s’observent dès le plus jeune âge.

Autre retour d’expérience avec le cyber-harcèlement. C’est suite à la création d’un court-métrage avec des adolescents sensibles aux phénomènes de rumeurs et de cyber-harcèlement que Loupiote s’est impliquée au sein de la campagne « No Hate ». à l’heure où nous approchons les 200 animations scolaires réalisées grâce à ce court-métrage, rappelons qu’une politique de prévention en amont et un suivi dans les écoles sont nécessaires. Certes, la dimension « cyber » du cyber-harcèlement continue de mettre mal à l’aise. Or, très tôt, les jeunes ont librement accès à des contenus extrêmes et à des espaces publics d’expression en ligne aux pouvoirs vertigineux. L’on peut donc regretter que des politiques éducatives de prévention peinent encore à s’installer et qu’il ait fallu des drames pour prendre acte de l’urgence de la situation. Néanmoins, la médiatisation de plusieurs suicides d’adolescents ayant secoué l’opinion publique, une évolution s’opère : l’école semble plus que jamais consciente de son rôle préventif en matière d’éducation aux médias et encourage la formation continue, les partenariats avec des opérateurs extérieurs, l’emploi de nouveaux outils et les stratégies de prévention à long terme. Dès lors, les mondes associatif et scolaire ont l’opportunité d’unir leurs forces autour de l’éducation aux médias afin d’amener les jeunes à (re)penser notre paysage médiatique et les contenus qu’ils souhaitent y partager. Ensemble, préparons la relève.    

Jasmina Tobbeche, détachée pédagogique à l’ASBL Loupiote

 www.loupiote.be