Confédération des Organisations de Jeunesse Indépendantes et Pluralistes
Logo COJ

En direct des OJ

Apartheid sur la jeunesse bruxelloise?

  15 Juin , 2013   , , , ,    Nurten Aka

A l’occasion de ses 40 ans, notre OJ – la Confédération Parascolaire – nous a invité aux Jeudis de l’hémicycle du parlement francophone bruxellois. Au programme, une conférence interactive (avec les parlementaires) sur «l’Education à la citoyenneté». En invité, le sociologue Andrea Rea, professeur à l’ULB, a tracé le topo d’une jeunesse bruxelloise «tendue»...

(c)DR

(c)DR

«A Bruxelles, la jeunesse est tendue», dites-vous ?

A Bruxelles, plusieurs jeunesses ne se côtoient pas, ne sont pas formées de la même manière et surtout n’ont pas les mêmes perspectives. C’est une tension que devrait interroger le politique, l’associatif, la société.

On retrouve le même duo : la scolarité et l’emploi…

Cela fait 25 ans que l’on fait des recherches sociologiques sur 1/ les jeunes et la scolarité 2/ les jeunes et l’emploi. Dans une société capitaliste, ces deux axes sont liés. Depuis des années, le même constat domine: les  inégalités sociales se transforment en inégalités scolaires.

La panne de l’ascenseur social?

Aujourd’hui, nous sommes dans deux logiques: la compétition et la mise à l’écart. Ceux qui savent monter sur le ring et ceux qu’on déclasse en «défavorisés». A Bruxelles, l’école est dans une logique de marché où les parents font leur shopping, non sans tension, probablement parce l’écart entre les niveaux d’écoles y est plus fort. Le clivage est plus sensible à Bruxelles qu’ en Wallonie, englobant les écoles néerlandophones, européennes, etc.

Et l’emploi?

A Bruxelles près de 30% des jeunes sont au chômage! Les éléments neufs de nos recherches montrent que même les jeunes à haut niveau de diplôme sont en difficulté, qu’à diplôme égal, le taux de chômage est de 5% à Auderghem et 45 % à Molenbeek, que les emplois à « bas diplôme » exigent le néerlandais alors que dans certaines écoles professionnelles ou techniques, on n’enseigne pas le néerlandais.

Vous mettez en garde le politique et les associations de ne pas créer d’apartheid!

Cessons l’angélisme, certaines organisations de jeunesse sont plus investies dans les minorités que d’autres. Il y a des replis sur soi. Tout comme il y a des jeunes de 25 ans qui se renferment sur un Islam pur et dur, ça existe, il ne faudrait pas oublier le repli communautaire des jeunes blancs. Des groupes majoritaires qui ne restent qu’entre «blancs» et qui par ailleurs mobilisent l’ensemble des ressources.

Des solutions?

Il faut une vraie politique de la diversité, jamais sérieusement activée à Bruxelles, exiger «la réussite pour tous » comme objectif premier de l’école, combattre encore les discriminations, redonner un futur possible aux jeunes…

A lire: Les jeunesses bruxelloises : inégalité sociale et diversité culturelle ( www.brusselstudies.be )

Un apartheid géographique

« On voulait tracer le topo de la ville, explique Agnès Philippart, coordinatrice de la Confédération Parascolaire. Andrea Rea est spécialiste de l’analyse sociale de la population à Bruxelles. «Apartheid » est un peu dur, même si il n’a pas tort. Je doute que l’unité St-Marc d’Uccle des Scouts (cathos) côtoie l’unité des Marolles. Toutefois, ce n’est pas un «apartheid » conscient de la part des associations mais plutôt lié à la géographie des quartiers. Un jeune ne traversera pas la ville, ne quitter Boisfort pour une association à Anderlecht. A la Confédération parascolaire, une des missions est l’éveil à la citoyenneté et à l’altérité.  Et donc, par exemple, dans l’équipe de notre festival Regards croisés,  il a y avait 3 chômeurs, 1 sans papier,  5 personnes de l’ULB, une classe de primo-arrivants. Une démarche de croisement qui peut bousculer les replis communautaires. On reste vigilants de travailler – en amont des activités – dans la mixité et l’interculturalité.»