Confédération des Organisations de Jeunesse Indépendantes et Pluralistes
Logo COJ
mots

Politique,Rencontre & Réflexion

Ces mots qui collent au secteur

  25 Jan , 2016   , , ,    COJ

Education populaire/permanente, émancipation, bénévolat/volontariat, politique jeunesse, participation, démocratie culturelle, Enfance et Jeunesse. Que sont devenus ces mots qui collent à la peau du secteur jeunesse...

Réponses de nos observateurs avisés : Luc Carton, philosophe, Anne-Marie Dieu de l’Observatoire de l’Enfance et de la Jeunesse (OEJAJ), Gaëtane Covent de la Plateforme Francophone pour le Volontariat et Jean Blairon de l’Asbl RTA.

Education Populaire/ Permanente

« Définie par le décret de 1976, redéfinie en 2013, l’éducation permanente est une notion ambiguë car utilisée depuis longtemps, notamment par les milieux socio-économiques, dans une proximité avec la notion d’« éducation tout au long de la vie ». Pourtant, à la lecture des décrets, l’éducation permanente est une notion assez précise qui désigne une démarche d’action collective dans laquelle un groupe de personnes s’engage dans une démarche collective  où se définit sa vision du monde et des transformations à engager. Cela rejoint la notion d’Education populaire dont la définition la plus simple est «l’éducation dont le peuple est sujet», sujet de sa propre conquête de l’intelligence du monde. Philosophiquement,  l’éducation permanente et  l’éducation populaire peuvent être clairement apparentées, pour l’essentiel.

Ce qui a fondamentalement changé ?

La fin des grands récits. Jusqu’aux années ’70 du XXème siècle, les débats sociaux et politiques étaient construits autour de  grands récits (socialisme, libéralisme, conservatisme et l’écologie politique naissante). Cela permettait de se rassembler autour d’une représentation du monde et de s’accorder sur des perspectives de changement.  Un horizon relativement clair pour ceux qui s’engageaient. C’est définitivement perdu…et  heureusement d’une certaine façon !  Aujourd’hui, l’exigence de penser par soi-même est devenue tellement plus importante. Penser par soi-même, c’est aussi penser par nous-mêmes car penser  seul derrière son écran est sans intérêt. Penser ensemble, à une époque où avec la mondialisation, la table de conversation de la démocratie s’est ouverte à l’infini et où la marchandisation a pris le pouvoir sur les acteurs politiques et de la société civile : d’où la grande difficulté d’énoncer des enjeux, des adversaires, des combats collectifs.

L’actualité de l’éducation populaire/permanente a plein de  sens dans ce contexte d’une indispensable « démocratie approfondie » : nos démocraties ne peuvent plus se passer de mobiliser  les droits culturels des citoyens, c’est-à-dire les droits de chacun  de s’exprimer, d’analyser et de délibérer des contradictions du monde,  et donc de contribuer à l’orientation de la société. Une démocratie approfondie est le seul moyen  pour enrayer la dérive vers une droite extrême.

Démocratie participative ?

Le mot « participation » est vague et son utilisation presque toujours imprécise. De nos jours, il n’y a aucune distinction entre le point de vue de l’individu et celui du collectif. A la sauce postmoderne, la démocratie participative, c’est « tout le monde a raison ! ». Il y manque l’essentiel : la démocratie délibérative, comment est-ce qu’on discute des choses et à quel niveau ? Cependant en Belgique, la démocratie participative est aussi une démocratie corporative, celle des représentations de nombreux intérêts collectifs, d’organisations connues, de fédérations etc. Une démocratie souvent limitée ou minée par les intérêts particuliers, parfois réticents à discerner le « Commun ».

Démocratie culturelle

Lorsqu’on parle d’Education permanente, on désigne un secteur, des acteurs, près de 300 associations pour un budget de plus de 50 millions d’euros en FWB, emploi non-marchand compris. L’Education populaire, elle, est repérable dans des moments structurants de l’histoire. La démocratie culturelle reste un concept-processus sans réalité tangible ni acteurs visibles, portée dans les années 70. Comme le disait Marcel Hicter, il s’agit, par l’action culturelle,  de faire en sorte que la société soit plus consciente d’elle-même. Comment faire en sorte que par le cinéma, par le théâtre, la musique, etc., les individus et les groupes comprennent mieux leur société ? Loin donc de la consommation de loisirs, il y a une démarche éducative qui implique que chacun soit créateur de ce qui se passe (à ne pas confondre avec la démocratisation culturelle dont l’enjeu est d’amener « la culture » à la portée de tous).

Emancipation

S’émanciper, c’est être capable de ne pas rester à la place qui nous est assignée. Refuser l’assignation à perpétuité,  (assignation sociale, spatiale, sexuelle…). Aujourd’hui, une des premières dominations que subissent les jeunes, c’est l’école et la transmission d’un savoir présenté comme  indiscutable alors que nous sommes dans une société où prolifèrent les sources de savoirs, connaissances et représentations. Une des premières libérations est donc de réapprendre que le savoir est discutable. Autre domination/exploitation : le régime du marché du travail. Deux enjeux actuels liés à l’Emancipation qui devraient concerner directement le secteur jeunesse.

J’ai l’impression que les questions qu’on se pose aujourd’hui étaient déjà mûres vers la fin des années 60, autour de 68. Exemple avec le conflit sur le travail. La question-slogan « Pourquoi diable allons-nous continuer à perdre notre vie à la gagner ? » est une question qui va s’éteindre pendant plus de 40 ans ! Aujourd’hui, elle reprend  vigueur ! On est passé dans un tunnel – qu’on a appelé « la crise » (depuis 1973) – avec une perte d’horizon des questions sur le sens de la vie, du travail, de la production, du système. Aujourd’hui, cela rejaillit, certes à la marge. Car la génération actuelle est dans la perspective d’un monde angoissant et angoissé. Toutefois, après l’utopie des temps révolus, nous pourrions aujourd’hui travailler 
« l’imaginaire du présent » où chacun peut inventer le monde là où il est. La difficulté, c’est comment faire groupe à partir d’individus épars.

Aujourd’hui, les associations sont plus ouvertes à la transversalité, proche du coopérativisme du 19ème siècle, de mouvements porteurs d’égalité, où chacun a une voix… même si, dans de nombreuses asbl, la démocratie reste formelle, sans débat approfondi, où les assemblées générales se résument trop souvent à acter les comptes et le bilan moral. Comme en politique, l’exécutif l’emporte alors sur le législatif. »

Luc Carton,
Philosophe, militant  de l’éducation populaire/permanente, est également  inspecteur
pour la Culture au Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Bénévolat ou volontariat

« En Belgique, 1 165 000 citoyens sont engagés dans une ou plusieurs activités volontaires. Cela représente une personne sur 8 ! Ce nombre et bien d’autres ont été dévoilés par la Fondation Roi Baudouin récemment et résultent d’une vaste étude sur le volontariat en Belgique. Voici quelques-unes des nouvelles données.

En italique, ce qui est nouveau par rapport à il y a 10 ans :

  • Les bénévoles sont actifs en moyenne 4 heures par semaine.
  • Le bénévolat occasionnel est très fréquent : environ un volontaire sur deux n’effectue que quelques prestations dans l’année, voire une seule.
  • Le domaine qui compte le plus de bénévoles est celui du sport (quasiment un quart des bénévoles sont actifs dans le secteur sportif !).
  • Le domaine dans lequel les bénévoles effectuent le plus d’heures est celui des associations de jeunesse.
  • Hommes et femmes s’engagent tout autant.
    Par contre, les hommes consacrent plus de temps à leur volontariat et ils assument plus de fonctions dirigeantes et de travail qualifié ou semi-qualifié. On retrouve plus de femmes dans  les fonctions de service.
  • Le taux d’engagement augmente jusque 40-49 ans puis diminue. Cependant, parmi les volontaires, on a une majorité de personnes de 60 ans.
  • Plus on a une formation élevée, plus on s’engage dans le volontariat. Les personnes ayant un niveau bac ou master représentent près de la moitié des bénévoles.
  • Les personnes ayant un emploi s’engagent plus que la moyenne, suivis par les étudiants et les retraités. Les personnes au foyer, en incapacité de travail et les demandeurs d’emploi s’engagent moins.

Volontaire ou bénévole ?

En Belgique, volontaire ou bénévole, il n’y a aucune différence. À l’origine, l’ensemble des propositions de loi faisait d’ailleurs référence au mot « bénévolat ». Par souci de simplification, c’est finalement le terme « volontariat » qui a été choisi parce que seule la langue française différencie ces deux termes. Les Anglo-Saxons parlent de « volunteering », les néerlandophones de « vrijwilligerswerk », les Espagnols de « voluntario », les Italiens de « volontariato »…  Malgré tout, les mots « bénévole » et « bénévolat » sont toujours très présents dans le langage commun.
S’il peut continuer à se désigner comme il le souhaite, le volontaire ou le bénévole doit respecter les obligations de la loi relative aux droits des volontaires. Celle-ci s’applique dès que les personnes correspondent à la définition du volontaire telle qu’elle apparaît dans la loi.

Les évolutions de l’engagement volontaire

Auparavant, l’engagement volontaire était principalement idéologique. La personne s’engageait à long terme pour une grande cause qu’elle défendait. La dimension militante était d’ailleurs fort présente. Actuellement, on observe dans le volontariat les mêmes tendances que celles du marché de l’emploi. Fini de faire carrière pendant trente ou quarante ans dans la même association, les volontaires changent plus régulièrement de structures et accumulent des expériences d’engagement différentes. Le volontaire s’investit dans différentes associations en fonction de ses envies et souvent à plus court terme. Cette nouvelle forme d’engagement sociétal définie par certains comme un engagement « postit » permet aux volontaires d’enrichir leur expérience, d’être mieux formés, plus autonomes,… Parfois, le volontaire n’adhère pas spécialement au projet et au fonctionnement de l’association mais il poursuit un projet personnel à travers son engagement. Les associations ont tendance à regretter cette réalité. Pourtant ces «nouveaux volontaires» présentent quelques avantages. Ils sont souvent plus impliqués, plus exigeants avec eux-mêmes et plus efficients. Ils permettent des échanges de compétences sectorielles et le fait de remettre le projet en question de temps en temps peut être une véritable plus-value.

Globalement, il n’y a pas moins de volontaires qu’avant. Au contraire, dans plusieurs Etats européens, on constate même une augmentation du nombre de volontaires. Mais les modalités traditionnelles d’engagement évoluent. L’investissement des volontaires est plus volatil. L’organisation doit donc faire face à cette évolution et s’y adapter. Les méthodes pour susciter l’engagement, les processus d’accompagnement et de formation doivent changer.  Non ce n’était pas mieux avant. C’est différent c’est tout. »

Gaëtane Convent,
Coordinatrice de la Plate-forme francophone du volontariat.

Politique Jeunesse

« Les politiques jeunesse font l’objet d’une controverse qui ne s’éteint pas facilement. Si, au niveau des acteurs, l’ancrage des actions dans les visées d’émancipation, de démocratie culturelle, d’éducation populaire ne fait pas de doute, il semble que la tentation des politiques « jeunesse » d’utiliser les associations à d’autres fins resurgit régulièrement. Je pense notamment à la tentation actuelle d’utiliser les associations pour renforcer des dispositifs d’insertion (qu’on a eux-mêmes de plus en plus coupés de leur origine, qui est l’éducation permanente). Par exemple, la logique d’ouverture à tous les publics et le refus d’identifier ceux-ci à une catégorie, surtout à une catégorie de problèmes, se comprend parfaitement. Mais ce choix sous-estime la tendance lourde qui fait que les groupes favorisés ont tendance à s’approprier les ressources collectives, notamment les supports institutionnels (parfois sans même s’en apercevoir !). Bref, le fait d’admettre qu’il y a des jeunesses et qu’il faut composer avec une domination de certains groupes « jeunesses » sur d’autres doit faire l’objet d’évaluations critiques approfondies. En particulier, la conformité « naturelle » des groupes plus favorisés à « l’air du temps » (être en activité, en projet, etc.) ne doit pas être confondue avec le désir et l’implication et être exigée comme un « droit d’entrée » aux opportunités que le secteur s’efforce de construire.

Le secteur jeunesse s’est fortement professionnalisé, qu’en pensez-vous ?

Je ne voudrais pas opposer professionnalisation et engagement militant. Si on entend par « professionnalisation » le fait de faire vivre un secteur en organisant son action comme un travail, dans la logique salariale (ce qui n’exclut pas  le recours au volontariat), je crois qu’on peut considérer cette évolution comme la reconnaissance par les pouvoirs publics de l’importance de ce type d’investissement. On peut d’ailleurs penser que cette logique devrait être étendue, si on admettait que le capital culturel est devenu une ressource centrale pour la société tout entière et dans tous ses champs (politique, social, économique…). La production de cette ressource « capital culturel » est le plus souvent l’objet d’un déni par ceux qui l’exploitent.

Une autre controverse touche au mode de professionnalisation. Pour beaucoup, il s’agit de singer les modes organisationnels des entreprises marchandes, dont  la preuve  n’est-elle pas trop fréquente de leur incapacité à soutenir un développement dans la durée ? C’est un danger du secteur. Toutefois,  recourir à des « professionnels » (des employés sous contrat de travail)  n’empêche pas ceux-ci d’adopter des valeurs, de développer des actions engagées, d’inventer de nouvelles expériences sociales, ni les associations qui les emploient de s’organiser d’une manière alternative par rapport à la marchandisation et à l’exploitation du travail qui progressent aujourd’hui.

De ministre en ministre (8 en 15 ans), la compétence de la jeunesse a été associée à toutes sortes de compétences (culture, aide à la jeunesse, éducation). Positif ou négatif ?

Ces passages sont partiellement le signe de la controverse que j’évoquais tout à l’heure, à savoir la tentation d’utiliser les associations à certaines fins.  La formule choisie devrait en tout cas renforcer le sens des actions et permettre des alliances en dehors desquelles le secteur a peu de chance de se développer. Que cette compétence soit associée à d’autres ou non est au fond secondaire. Ce qui compte, c’est l’orientation qui est affirmée par ces choix, qui devrait être le produit de la conscience/affirmation des acteurs et d’une volonté politique.

S’il y a eu une période où l’éducation populaire faisait évidence (notamment sur des initiatives qui touchaient autant les jeunes que les adultes), rien n’autorise à penser qu’il s’agissait d’un âge d’or désormais hors d’atteinte, ni d’ailleurs que les associations et les volontés politiques n’ont pas été capables de  renouveler leurs actions et leurs engagements. Les politiques « jeunesse » n’organisent pas un héritage passéiste. Elles sont au coeur des nouveaux conflits : la réduction de la citoyenneté à une consommation programmée, la réduction des sujets à un rôle de «  pion », la remontée des inégalités, la mise en cause des supports qui devraient permettre à chacun de se créer librement, etc. Dans ces nouveaux conflits, l’adversaire parait plus puissant aujourd’hui qu’hier et les forces de résistance plus éparpillées qu’autrefois. Mais rien ne dit qu’il s’agit là d’un rapport de force inéluctable. »

Jean Blairon,
Directeur de l’asbl RTA (Réalisation – Téléformation – Animation)

Enfance et Jeunesse

« Définir des notions d’âges est en effet un acte politique. Par exemple, décider jusqu’à quel âge le jeune entre dans la catégorie «enfant» est crucial par rapport aux droits et protections que l’on va lui reconnaître. Dans la Convention Internationale des Droits de l’Enfants (CIDE) , l’âge de l’enfance s’arrête à 18 ans « sauf si d’autres dispositions nationales établissent l’âge de la majorité plus tôt ». Par rapport à des décisions aussi importantes que le droit de vote, l’emprisonnement, la loi pénale, décider des barrières d’âges est tout sauf anodin. L’évolution de l’allongement du temps des jeunes est lié à divers facteurs politiques, sociologiques, culturels. En relation – grosso modo – avec l’entrée dans « la vie active ». Il y a très longtemps, un jeune travaillait vers 12-14 ans, aujourd’hui, on peut aller jusqu’à 25 ans, voir plus. On n’est plus dans des temps linéaires « études, boulot, famille ». Forcément, les organisations de jeunesse entrent dans ces fluctuations d’âges et donc s’adaptent aussi en termes de méthodes d’animation, d’activités, etc.

On a toujours divisé la société en « âges ». Cela permet de cibler des droits, des devoirs, de départager des aides, des subventions.

Quant au débat actuel qui occupe les secteurs des organisations de jeunesse et centres de jeunes, à savoir la règle des « 2/3 de moins de 35 ans » au sein de leurs instances, c’est un incitant et une obligation à la participation des jeunes sinon on risque de voir les plus âgés prendre seuls les discussions. C’est comme pour les femmes. Si on ne met aucune balise, on risque de se retrouver avec une majorité d’hommes.   Donc les balises et les critères sont nécessaires pour obliger les organisations de jeunesse à penser sur elles-mêmes et à travailler sur la participation. Sachant qu’en dessous de 1/3 du groupe le moins représenté, cela n’a aucun poids. Toutefois, ce qui est important c’est finalement comment on travaille la participation et la prise de décision au sein des CA, comment réellement y engager le jeune. » 

Anne-Marie Dieu,
Directrice de recherches – coordinatrice a.i. de L’Observatoire de l’Enfance,
de la Jeunesse 
et de l’Aide à la Jeunesse (OEJAJ)