Logo COJ

Rencontre & Réflexion

L’entrée en matière

  30 Août , 2014       COJ

Comme dans tout domaine, il y a différents états d’esprits dans lesquels se trouvent les jeunes avant de rentrer en première à l’université… Il y a ceux qui connaissent et sont convaincus de leur vocation depuis qu’ils sont nés, ceux qui sont partagés entre deux types d’études similaires ou opposées et pour finir, ceux qui sont dans une sorte d’ignorance totale et déprimante, ça nous pousse parfois à penser que le métier que l’on redoutait le plus risque d’être notre avenir.

Pour faire simple, ma situation ressemble à la dernière citée, c’est-à-dire que j’ai décidé de partir un an à l’étranger pour repousser au maximum le moment du choix des études. On ne cesse de nous répéter qu’on a encore de temps devant nous pour se décider mais quand on se rend compte que dans deux semaines, on est censé être sur les bancs d’un auditoire alors que dans notre tête c’est encore les vacances, on sent naître une boule de stress dans notre ventre.

Car en effet, la rentrée c’est LE mot qui nous refile des boutons à nous, les jeunes. En secondaire, c’est juste le moment pour les filles d’être au top du style vestimentaire et de ne penser à rien d’autre. Dans le cas des garçons, c’est juste… Une année de plus à purger.

On se met tous quelques objectifs à atteindre durant toute l’année et étonnamment, ce sont chaque année les mêmes : user son abonnement pour la salle de fitness, manger équilibrer, être rigoureux dans les études, tenir en ordre ses cours et encore beaucoup d’autres choses qui sont irréalisables à long terme. Pour être clair, tu as le choix ; soit tu commences ton année en beauté, c’est-à-dire que tu es sûre de toutes les décisions que tu as prises avant de commencer celles-ci, soit tu démarres l’année avec un point d’interrogation concernant la suite des événements. Dans le premier cas, tu commences l’année en étant au high level de ta forme et de ta motivation mais tu la finis quand même en étant au high level de la déchéance et de la flemme alors que le point positif dans le deuxième cas, c’est que tu commences déjà l’année avec une nonchalance incroyable donc tu finis celle-ci de la même manière.

Attention ce n’est pas seulement le cas pour les jeunes ! On vous voit aussi prendre les cernes de fin d’année vous les trentenaires, quarantenaires, et au-delà !  Mais n’oublions pas qu’il n’y a pas seulement la rentrée scolaire malgré le fait que ce soit celle dont on parle le plus. Essayez d’ouvrir un magazine de mode durant le mois de septembre, vous ne trouverez pas d’article sur les nouvelles fournitures scolaires à la mode, mais plutôt sur les nouveaux sacs tendance à avoir absolument pour la rentrée.

En  conclusion, la rentrée c’est le point de départ de plusieurs nouveautés et objectifs, on se dit soit que c’est une possibilité pour mieux redémarrer soit une autre année de galère de laquelle il faut sortir le plus vite possible.

Kénia Raphaël, chronique d’une ado ordinaire