Confédération des Organisations de Jeunesse Indépendantes et Pluralistes
Logo COJ

En direct des OJ,Rencontre & Réflexion

Portrait : Christine Cuvelier

  23 Oct , 2015       Mathieu Midrez

Très « peace » -  de la tribu de l’Université de paix (UP) - Christine Cuvelier est la nouvelle présidente de la COJ. Un portrait s’impose de celle qui sait… râler zen ! 

ChristineCAllez, on taquine : notre précédente présidente, Semra Umay, avait la « grande gueule » liégeoise (lire le COJ#6 de juin). Christine Cuvelier débarque avec son bagage de CNV (communication non violente) de Namur. Première question : pourquoi briguer la présidence ? Certes, on la sait impliquée dans le milieu, notamment au bureau de la COJ. De plus, formée en sciences sociales et chargée des relations publiques depuis 24 ans (!) au sein de l’Université de Paix, elle est un vrai pilier de cette célèbre ASBL. Prendre la présidente de la COJ est un pas que tous n’ont pas envie de franchir, qui implique pas mal de temps et d’énergie. « J’aime bien mon travail, je me sens bien où je suis, c’est juste et ça a du sens. C’est un challenge considéré sous tous ses angles ».

De manière générale, Christine Cuvelier est une personne méticuleuse, qui réfléchit avant de parler, d’où parfois une allure discrète dans des réunions. Au niveau des projets et des idées, à quoi peut-on s’attendre ? « C’est important pour moi de travailler sur la communication interne, c’est-à-dire avec nos OJ, le bureau et le staff, explique Christine. Tout comme participer à une activité de chaque membre est une de mes envies. Mon autre priorité sera de soutenir nos OJ, un point qui s’impose naturellement au vu de la période chaude qui s’annonce. C’est essentiel que les OJ puissent être soutenues pendant ces reconnaissances, par la COJ, mais aussi entre elles, en partageant des expériences, des conseils, etc.».

Râler zen

On le sent déjà, Christine Cuvelier impulse une nouvelle dynamique : privilégier d’abord le relationnel. Une influence « Université de Paix » ?… Il est d’ailleurs impossible de dresser un portrait de Christine Cuvelier sans parler de son allure zen. « Je crois que j’ai toujours été comme ça» nous dit l’intéressée. Et piquer une colère, possible? « ça m’arrive mais je suis plutôt quelqu’un qui peut râler beaucoup, parce que je suis exigeante avec moi-même et donc aussi avec les autres ».  Justement, sa nouvelle position va parfois demander d’être ferme. Mais pourrait-elle l’être « assez » ?  « En fait tout dépend de l’enjeu. Pour défendre nos OJ, j’irai en compèt’, c’est clair. Je suis prête à faire passer cet objectif avant le relationnel ».

Il est évident que ses débuts vont être observés d’un œil attentif, curieux peut-être. Qu’est-ce que ces fameuses techniques de négociation, d’écoute empathique, de synchronisation, etc. vont donner en pratique ?

Cette Lessinoise de souche est engagée politiquement – à gauche – depuis des années dans sa commune. Un volet « privé » qu’elle n’entend pas mêler avec sa vie professionnelle. Côté loisirs, elle aime voyager avec un faible pour la Tunisie, lire, avec un faible pour les romans, les biographies, les policiers et enfin la photographie avec certaines photos primées. Mais aussi cuisiner, les petits cafés noirs serrés, le « snorkeling » (la rando aquatique) et depuis peu, elle s’est lancée dans … « je cours pour ma forme ».

Finalement, on relèvera avec amusement que Christine Cuvelier, jeune, a participé à des activités des CEMEA, des Jeunesses Scientifiques, de Latitude Jeunes.  Une CRACS devenue présidente de fédération, on en ferait presque un slogan !