Logo COJ

Rencontre & Réflexion

Gang Bang !

 

Mi-février, le Service Public Francophone Bruxellois (lisez « la COCOF ») lançait un appel à projets extraordinaire1 visant « le renforcement des reliances »2 . L’ambition affichée est claire : « lutter contre toute forme de repli identitaire, de radicalisation, de désocialisation et contre toute forme d’incompréhensions et d’amalgames favorisant les discours haineux ». Et les moyens proposés par l’administration bruxello-francophone à la pointe de l’innovation : « retisser du lien social et favoriser le dialogue interculturel ainsi que le vivre ensemble ».

Badaboum, on va encore faire du socio-interculturel pour plus de cohésion sociale et contrer la misère des quartiers… Sauf que le vivre-ensemble ne peut être que le résultat d’une multitude de processus sociaux, économiques, culturels… et certainement pas un objectif en soi qui appellerait certaines formes d’action typiques.

Rencontre & Réflexion

Con-promis (à la belge)

 

Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a tranché la question des cours de philosophie et de citoyenneté pour l’enseignement obligatoire. Dans l’officiel, ce sera une heure pour tous, voire deux si les parents sollicitent la dispense de fréquentation des cours de religionS1 (toutes celles reconnues) ou de morale non confessionnelle.  Dans l’enseignement libre confessionnel, les cours de philosophie et de citoyenneté seront intégrés par dissémination puisque l’enseignement libre confessionnel ne proposera pas de cours dédié mais devra inclure les contenus définis par la Fédération Wallonie-Bruxelles au travers de différentes matières : français, histoire et religion (sans S) catholique.

Rencontre & Réflexion

Slogan de chiotte

 

La Déclaration de Politique Communautaire [DPC]  du nouveau Gouvernement PS-CDH s’intitule « Fédérer pour réussir ». Waow… ! La com’ du Gouvernement, c’est professionnel : net et simple comme une ritournelle pour s’assurer que le bon peuple entonne.

Rencontre & Réflexion

Projets de merde

 

Dans la course à la vente de produits inutiles et abscons sur le grand marché de la citoyenneté, moult projets fleurissent qui ont pour ambition, dans le meilleur des cas, la sensibilisation des publics en difficulté à des grands enjeux de société. Dans le pire, la réparation des déviances propres à l’Etre Humain.