Confédération des Organisations de Jeunesse Indépendantes et Pluralistes
Logo COJ

Rencontre & Réflexion

Les mots qui puent

  23 Mar , 2017       COJ

"Sous prétexte qu’il y en a qui réussissent, il ne faudrait dès lors plus interroger le système (qui produit des inégalités, de la pauvreté, du repli sur soi…). Cette posture fait très peu de cas de la grande majorité des laissés pour compte."...

Le remplacement d’Elke Sleurs (N-VA) le 23 février dernier au poste de secrétaire d’État fédérale à la Lutte contre la pauvreté, à l’Égalité des chances, aux Personnes handicapées et à la Politique scientifique par Zuhal Demir a été l’occasion d’une opération de communication de la part du parti nationaliste flamand. Une communication qui prend des allures lissées autour de la préparation des élections communales à Gand mais qui révèle pourtant le fond de la pensée du parti…

Zuhal Demir(1) : elle remercie ses parents d’origine kurde, son père venu au Limbourg dans les années 70 comme mineur, chercher et saisir une nouvelle chance pour lui et sa famille en Flandre. Et Bart De Wever de poursuivre : « Zuhal est vraiment la personnification de quelqu’un qui a eu des chances en Flandre mais qui a aussi saisi chaque chance qu’on a donnée et qui a fait un succès de sa vie. Et qui est très crédible en racontant une histoire sur la nécessité du travail, de ne pas accepter son sort, mais de prendre son propre sort en mains. »

Voilà donc une figure féminine de l’immigration que la Flandre a su faire réussir. Le commentaire de De Wever encense cette réussite, et au travers d’elle, la politique d’égalité des chances qui préfère donner la possibilité à chacun de saisir sa chance plutôt que de donner à tous, comme ambition de société, l’accès au travail, à la sécurité d’existence, à la santé… Dans la grande bataille de la vie, l’important serait donc bien que le flamand rose tout comme le tigre du Bengale disposent de la même « chance » à saisir. On se doute pourtant, a priori, de qui va bouffer l’autre…

La suite confirme cette vision : seul le travail permettrait de sortir de sa condition médiocre et le tout est affaire de volonté (individuelle ou quasi) pour saisir les opportunités qui se présentent. Si les gens sont dans la merde, c’est qu’ils n’ont pas saisi les chances qui leur ont été données. Plus méritocratique que cela, tu meurs !

Sous prétexte qu’il y en a qui réussissent, il ne faudrait dès lors plus interroger le système (qui produit des inégalités, de la pauvreté, du repli sur soi…). Cette posture fait très peu de cas de la grande majorité des laissés pour compte.

Cette posture politique n’est pas le monopole de la NVA. Loin s’en faut. Il faut notamment y voir un effet nombriliste. En effet, quand on fait partie de l’élite politique, que l’on est aux commandes, cela signifie que soi-même on a réussi dans un contexte difficile. Comment dès lors imaginer un autre fonctionnement que celui qui vous a glorifié ?

Pour changer de modèle, il faudrait une véritable révolution qui s’autorise à rebattre les cartes de la distribution du pouvoir et des richesses, visant une démocratie qui ambitionne d’associer chaque citoyen à l’exercice du pouvoir et des responsabilités.

Et si vous avez cru que c’était le Pacte pour un Enseignement d’Excellence qui allait enclencher le mouvement « révolutionnaire », vous pouvez aller vous rhabiller !

Les promoteurs du Pacte (soutenus par Mc Kinsey(2) ) en rajoutent des couches sur un modèle entrepreneurial de l’école : l’école ne serait plus une question publique de société, mais une entreprise de production de « citoyens » capables de faire fonctionner la société, avec une primauté au rapprochement entre l’école et le monde de l’entreprise. Vous aurez constaté l’absence de transformation sociale dans cette perspective pour privilégier une vision adéquationniste.

C’est une anecdote, mais elle en dit long : le chapitre relatif à la citoyenneté(3) s’intitule (sic) : Citoyenneté, ouverture et découverte du monde professionnel. Voilà la citoyenneté réduite à la nécessité de production de bons petits travailleurs.

Triste monde !

Père Nissieux

_______________

1. Conférence de presse à l’issue de la nomination – Journal La Première RTBF, 24/02/2017 à 6h00.
2. Arte, émission Vox Pop, http://info.arte.tv/fr/mckinsey-sur-les-bancs-de-lecole
3. Sens, valeurs, objectifs et missions de l’école du XXIe siècle – Rapport du Groupe de travail 2 –  Juin 2015