Confédération des Organisations de Jeunesse Indépendantes et Pluralistes
Logo COJ
LE COJ 10 - cover

#10 De la Culture

  20 Sep , 2016    COJ

   Télécharger en pdf
« Au-delà des barrières socioéconomiques, la Culture est d’abord un rapport à soi, un droit que l’on s’octroie »

Edito

Face au marasme géopolitique, ses attentats sans frontières, ses militaires abonnés à surveiller les rues des villes sans guerre, de faibles voix s’élèvent, qui rappellent que la Culture pour tous et par tous  – y compris l’art – est une arme de destruction massive à la haine. Que la Culture est un moyen d’émancipation dans le vivre ensemble…

« J’attends de l’art qu’il me dés-enseigne, me déplace, m’élargisse l’horizon » avons-nous entendu à la radio. Pareil pour la Culture qui permet comme la philosophie, de former à l’esprit critique, d’aborder sa vie, son milieu, sa religion, sa citoyenneté, l’Autre et sa différence. Une évidence pour le secteur Jeunesse et le monde associatif branché sur l’éducation populaire/permanente.

Dans les pages du COJ, Alda Greoli, la nouvelle ministre de la Culture le souligne : « au-delà des barrières socioéconomiques, la Culture est d’abord un rapport à soi, un droit que l’on s’octroie ». Au politique de soutenir/insuffler la dynamique qui passe par les associations et par l’école.

Un petit pas est franchi avec l’entente de deux ministres (CDh), M.M Schyns (Enseignement) et A. Greoli (Culture et Enfance). Résultat : budget augmenté pour des projets culturels et artistiques, des résidences d’artistes à l’école.

La remplaçante inattendue de Joëlle Milquet a mis en relief sa compétence politique en « éducation permanente » à son poste ministériel ! Un impromptu qui méritait bien une rencontre à la une de notre fanzine. De quoi aborder ses perspectives en matière d’éducation permanente, de la charte associative ou encore de la « démocratie culturelle renforcée ». Interview à lire en p.6-7.

La route de l’émancipation semble parsemée d’embûches. Nos Organisations de jeunesse y sont sensibles, qui ne cessent de s’interroger ou de participer à des réseaux de réflexion, d’outils, de partenariats.

Ainsi, la Croix-Rouge a posé la question de l’investissement des jeunes dans l’associatif (à lire p10). JAVVA est partenaire du projet européen, Time4Diversity permettant d’aborder les préjugés dans les écoles (p.8-9). De leur côté, les Compagnons Bâtisseurs (CB) ont participé à une vaste réflexion, à Paris, sur l’impact du volontariat international. Mesurer l’immesurable ? est le titre de l’article de notre reportage sur place (à lire en p.11-12).

De quoi, cette fois-ci, faire la nique à la plume « pessimiste » du COJ (rubrique à Contre-Courant) qui titre : à bas la société de la connaissance !

Enfin, c’est la rentrée. La COJ poursuit les actions de son Manifeste pour la jeunesse et sort l’ECOJ, 1ère édition, la brochure-outil d’activités d’OJ à destination du monde enseignant. Qu’on se le dise : l’ouvrage est gratuit, sur commande, jusqu’à épuisement du stock…  Bonne rentrée !

Yamina Ghoul